JMCT - Jeunesse Malgache Compétente au Travail
Par UQTR
Le 23-Aug-2018

Projet JMCT ou « Jeunesse malgache Compétente au Travail » La participation et la réalisation des projets scientifiques inter-universitaire étaient, sont et seront parmi les activités stratégiques les plus pertinentes pour le développement de l’IST-T dans tous le sens du terme : enseignement, recherche, gouvernance et relation internationale.

Plusieurs projets ont été terminés, il y a ceux qui sont en cours et certains sont en cours de début de mise en œuvre dont le projet JMCT. Plus précisément, le projet JMCT ou « Jeunesse malgache Compétente au Travail » a été initié par l’Université du Québec à Trois Rivières et soutenu par l’AUF.

Globalement, L’objectif est d’améliorer le niveau d’employabilité et d’insertion professionnelle des jeunes malagasy. Avec cette coopération interuniversitaire bilatérale soutenue par l’AUF et aussi des institutions non gouvernementales, le projet JMCT générera des activités spécifiques qui mettent en avant les intérêts des jeunes, l’appropriation de la notion de l'Environnement et le Développement Durable tout en promouvant l’Egalité entre Femme et Homme. L’objectif majeur est d'assurer la satisfaction de ces jeunes à l’entame de leur profession, et une qualité de vie meilleure.

En effet, le projet JMCT incarne les principes multilatéraux en faisant intervenir 9 établissements d’enseignement, 8 organisations du secteur privé et de la société civile :

Partenaires institutionnels : Établissements d’enseignement universitaire

  • Institut Supérieur de Technologie d'Antananarivo (IST-T), Chef de file ;
  • Institut Supérieur de Technologie d'Antsiranana (IST-D) ;
  • Institut Supérieur de Technologie d'Ambositra (IST-A) ;
  • Institut National des Sciences Comptables et de l’Administration d’Entreprises (INSCAE) ;
  • Institut National de Tourisme et d’Hôtellerie (INTH) ;

Partenaires relais : Établissements d’enseignement secondaire et lycéen

  • Lycée Technique d’Ampefiloha ;
  • Lycée Technique Professionnel (LTP)d’Ambositra ;
  • LTP Mahamasina ;
  • LTP d’Antsiranana ;

Partenaires socioéconomiques : Organisations du Secteur Privé et de la Société Civile :

  • Syndicat des Entrepreneurs du Bâtiment et des Travaux Publics (SEBTP) ;
  • Chambre des Mines de Madagascar (CMM) ;
  • Office National de Tourisme de Madagascar (ONTM) ;
  • Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo (CCIA) ;
  • Agence de Crédit pour l’Entreprise Privée (ACEP) ;
  • Conseil National des Femmes de Madagascar (CNFM) ;
  • Focus Development Association (FDA) ;
  • ONG Lalana.

Le projet touche trois secteurs : Bâtiment et travaux publics (BTP), Tourisme Hôtellerie et Restauration (THR) et Entrepreneuriat.

En favorisant ces trois secteurs clés, le projet JMCT permettra aux 2 500 jeunes malgaches, dont 45% de filles, d’entamer avec plus de pertinence leur profession autour de ce cercle du social et de l’économie du pays. Il s’agit donc de l’amélioration de leur niveau d’employabilité et d’insertion professionnelle.

A cette fin, la réalisation du projet s’articulera autour de trois grands axes :

  • Le renforcement de gestion organisationnelle des établissements cibles : des enseignants de l’Université du Québec à Trois-Rivières formeront eux aussi des enseignants des lycées et instituts susmentionnés ;
  • La révision des programmes de formation : tous les élèves et étudiants dans ces établissements bénéficieront d’une formation professionnelle que l’on intégrera au programme scolaire ou académique.
  • Et enfin, le renforcement d’insertion à l’emploi et le soutien à l’entrepreneuriat des établissements de formation en collaboration avec les organisations du secteur privé et de la société civile. Ce projet sera mis en œuvre pour une durée de cinq ans (2018-2023).

Majoritairement financé par le Gouvernement canadien, l’AUF et l’UQTR, le budget dédié à ce projet s’élève à 7 505 000 dollars canadiens,
dont 6 105 000 dollars canadiens pour les Affaires Mondiales Canada (AMC), 700 000 dollars canadiens de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), et 700 000 dollars canadiens de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Quant aux fonds alloués au projet, les bailleurs de fonds (AMC, AUF et UQTR) recommandent « la création d’un compte bancaire en Euros, entièrement et uniquement dédié à la gestion du projet JMCT. Celui-ci doit permettre une traçabilité et un historique des dépenses en cas d’audit ». Situation actuelle du projet : les conventions entre l’UQTR et l’IST-T, l’AUF/DROI et l’IST-T et entre l’IST-T et les partenaires locaux ont été signées le 23 août 2018.